A la découverte des outils du «crowdsourcing journalism»


Publié le 27/ 07/ 2012

Entre les applications web et le sms du mobile, le journalisme « crowdsourcé » se dévoile peu à peu à la dizaine de professionnels ivoiriens sélectionnés – « les premiers ! », s’en réjouit Christelle Mahilé de Radio Yopougon – par Internews.

Des journalistes ivoiriens formés au Crowdsourcing Journalism par Internews

Session de formation au crowdsourcing journalism

Depuis lundi (23 juillet 2012), ils participent à une formation sur « l’utilisation des techniques de crowdsourcing journalism ». Des outils qui impliquent désormais « la masse ou la foule». Mieux « le public», préfère Lucien Houédanou, consultant à Internews Côte d’Ivoire.

En un mot, il s’agit d’«externaliser » tout ou partie du processus devant aboutir à la production du contenu et instituer une animation post-diffusion pour assurer la médiation public-journaliste. Autrement dit, inviter le public à proposer des sujets, à témoigner, les solliciter pour analyser comme l’a fait The Guardian…Voilà entre autres des usages du «Crowdsourcing Journalism ».

Ushahidi et Crowdmap pour géolocaliser

Le déploiement de la plate-forme d’origine kenyanne a été suivi avec intérêt. Les participants se sont familiarisés avec l’outil. Ils ont pu créer, avec Crowdmap, leurs propres cartes en ligne, publier des « rapports ». Pour la plupart, les premiers.

« Pas besoin de maîtriser le code pour la déployer », rassure Jean-Luc Houédanou, le consultant-formateur. La plate-forme a été améliorée de sorte à faciliter son utilisation. « Un peu comme WordPress  pour les blogs», ajoute-t-il.

L’outil, révèle Jean-Luc, a déjà été utilisé, en Côte d’Ivoire, lors des présidentielles ivoiriennes de 2010 par l’ONG Akendewa pour répertorier les incidents. « Wonzomai » (nom Guérré donnée à l’opération) avait alors enregistré au total 120 rapports.

Frontline SMS pour traiter  

L’autre outil, c’est Frontline SMS. Ce logiciel permet, lorsqu’il est installé, de gérer ses SMS via son ordinateur.

«Comme avec sa messagerie Outlook», expliquent les formateurs.

Ainsi, l’envoi de SMS en masse pour, par exemple, solliciter des témoignages de citoyens peut-il être effectué via cette application. L’on n’a qu’à créer les contacts des destinataires et envoyer la question depuis son ordinateur. Cela, de façon automatique.

La plus-value de l’outil réside surtout dans la possibilité de traiter les SMS reçus depuis son ordinateur.

« Imaginez-vous, si vous aviez à consulter manuellement sur votre cellulaire près de 2000 messages à la suite d’une campagne », plaisante Edwige Gouria, l’autre formatrice, spécialisée dans la production radio.

Des exemples d’application avec #somaliaspeaks d’Al Jazeera et l’opération #Ugandaspeaks en réponse à #Kony2012.

Twitter et Facebook pour veiller et curer

Les réseaux sociaux n’ont pas été oubliés. Eux, qui sont réputés être à l’origine du « crowdsourcing journalism » non sans avoir précipité le journalisme participatif vers cette évolution. Fort de leur audience à couper le souffle, ils sont des médias de masse avec lesquels le journaliste doit composer.

Comment…quand on sait que près de 60% du contenu édité, publié et partagé sur les réseaux sociaux concerne des « nouvelles triviales » (sans importance) ? Ce sont justement ces «40% » restantes qui devraient concentrer l’attention du journaliste converti au « crowdsourcing ».

Surveiller cette partie du contenu, c’est s’assurer d’obtenir des informations, parfois de premières mains. Aussi, les internautes pourraient-ils être invités à aider, à vérifier et analyser lesdites informations.

L’un des sous-groupes constitués mercredi (25 juillet 2012) pour les travaux pratiques propose de solliciter les twittos (utilisateurs du réseau social de micro-bloguing Twitter) du fil #ripmills en vue d’authentifier des photos du 37 Hôpital Military trouver sur le web.

Avec les réseaux sociaux, le journaliste peut aussi se créer une identité, comme dans le cas de @PaulLewis, journaliste britannique rendu célèbre par l’usage qu’il a fait de son compte lors des émeutes de Londres en décembre 2011. C’est aussi un moyen de se rapprocher de ses lecteurs.

Media

1 Nous assurons tous vos reportages presse écrite, web et audiovisuel. Mais également nous rédigeons vos scripts et nous concevons vos Spots, vos émissions Radios

4

Web et design

2Parce qu'il faut vous faire (mieux) VOIR et vous faire connaître sur le web, confiez votre image à nos Voyeurs.

1

Event

3Qui a dit que la réussite d'un évènement passe par de gros frais investis. FAUX ! Elle dépend d'une équipe compétente, rigoureuse et efficace. On l'fait pour vous.

2

Formation et Conseil

4Offrez-vous une formation pratique individuelle ou en groupe dans les domaines des médias et des langues et recevez une attestation de formation.

3